En concert à la Souris Verte le 13 octobre dernier, les Princesses Leya ouvraient le bal pour Arka’n Asrafokor

En concert à la Souris Verte le 13 octobre dernier, les Princesses Leya ouvraient le bal pour Arka’n Asrafokor

29 novembre 2022 0 Par Marie d'Emm

Le 13 octobre dernier la formation togolaise Arka’N Asrafokor, faisait le show à la Souris Verte devant l’objectif avide de Marie d’Emm. Un groupe qui fait résolument parler de lui depuis quelques temps déjà. Une bien belle découverte scénique que l’on va pouvoir retrouver dans de nombreux festival cet été, y compris le 2 juillet prochain aux Eurockéennes de Belfort. En première partie, les Princesses Leya déroulaient son show musico-comique.

Princesses Leya

“Si tu crois qu’on peut aimer Rammstein et Dirty Dancing, ce spectacle est fait pour toi !”
Les Princesses Leya c’est Schoumsky, Dedo, Cleo Bigontina et Xavier Gauduel. Mais surtout Schoumsky et Dedo. 2 parcours, 2 histoires. 2 couteaux suisses. La suite, c’est l’histoire d’une blague qui tourne bien. Au sens propre comme au figuré puisqu’elle commence sur une péniche et se retrouve, après une quinzaine de dates, sélectionnée par le Hellfest pour assurer le Hellfest Warm up Tour 2019.
Plus qu’un show live musical, c’est aussi une comédie. Une histoire qui s’adresse évidemment aux amoureux du metal, mais aussi aux réfractaires des sons saturés. Metalleux ou Fans de Vianney, oubliez tous vos clichés !

ARKA’N ASRAFOKOR

  • 13.10.22 - Arka'n Asrafokor - La Souris Verte - Marie d'Emm

À Lomé, les clubs de metal ne sont pas légion et le genre n’est pas toujours en odeur de sainteté auprès du grand public. Pourtant aujourd’hui, le Togo devient une des pierres angulaires du metal africain avec l’apparition depuis quelques années du phénomène Arka’n Asrafokor.
Formation de metal fusion composée de cinq musiciens plein d’audace, le groupe est une incarnation unique d’un son extrême ouest-africain, à la fois ancré dans les cultures rythmiques régionales (Gazo, Blekete, etc…) et dans l’univers metal des années 80 et 90. Les rythmes et sons du terroir constituent le socle culturel de la musique engagée du groupe, dont les valeurs sont portées par des textes sans équivoque.
Très éclectique, le groupe explore différentes facettes du metal, entre influences trash, speed, Neo et death. Entre chants gutturaux et flows rappés, riffs lourds et rythmes régionaux le résultat est un son unique. C’est l’apparition d’une identité nouvelle dans le spectre mondial du genre.